- 

Il existe de nombreux paramètres cardiovasculaires et presque autant d’appareils de diagnostic pour les mesurer. Il est cependant difficile de trouver plus universel que la pression artérielle (PA). Cependant, il est essentiel de savoir comment mesurer la pression artérielle et l’interpréter correctement. À la fin de l’article, vous trouverez une brochure pratique contenant toutes les informations essentielles pour effectuer une mesure de la PA au cabinet.

how-to-measure-office-blood-pressure-and-what-does-it-reveal

Grâce à ce blog, vous en apprendrez davantage sur :

Pourquoi la tension artérielle est-elle importante ?

Même avant de quitter la faculté de médecine, les médecins en devenir ont bien entendu déjà intégré l’importance de la PA et de sa mesure. La pression artérielle est importante pour trois raisons. Premièrement, elle reflète l’état physique et mental de l’organisme. Deuxièmement, elle a toujours un effet sur le corps. Troisièmement, elle est utile pour détecter diverses pathologies et pour le calcul du risque cardiovasculaire. Si une pression artérielle anormale est détectée suffisamment tôt et un traitement est commencé à temps, des conséquences graves comme une crise cardiaque, une insuffisance cardiaque, une cardiopathie ischémique et même la mort peuvent être évités.

Une présentation détaillée des différents aspects de la pression artérielle, de sa mesure et de son interprétation est fournie par Dr Jana Brguljan Hitij dans la vidéo suivante [1]:

Comment mesurer correctement la pression artérielle?

Pression artérielle basse, normale et élevée

Il est essentiel de noter que la pression artérielle « basse », « élevée » et « normale » sont des points du continuum de la pression artérielle, avec de nombreuses zones grises entre les deux.

Par exemple, une pression artérielle normale haute peut avoir des effets considérables sur une personne pendant un certain temps. L’étude de Framingham montre que les événements cardiovasculaires sont beaucoup plus fréquents chez les personnes ayant une pression artérielle normale hautee que chez celles ayant une pression artérielle normale  [1].

La pression artérielle, qu’elle soit élevée ou faible, peut être dommageable pour le corps humain, ce qui nécessite des contrôles réguliers de la PA chez les patients à risque. Examinons les conséquences et les comorbidités qui peuvent être dangereuses pour le patient.

Hypertension

L’hypertension, c’est-à-dire une pression artérielle constamment élevée, est un facteur de risque important pour une variété de maladies cardiovasculaires et de pathologies liées au système cardiovasculaire, en particulier pour celles d’étiologie athérosclérotique (l’hypertension elle-même est un facteur de risque d’athérosclérose) [3, 4, 5]. Cela inclut la maladie coronarienne (MC), qui est 2, 3 fois plus mortelle chez les patients atteints d’hypertension, mais également l’AVC, le déclin cognitif, la démence et la rétinopathie [6, 7, 8]. Enfin, l’hypertension est un facteur de risques pour l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) et pour l’insuffisance rénale chronique (IRC) [9,10].

L’hypertension, caractérisée par une PA ≥ 140/90 mmHg chez le médecin, comporte plusieurs facteurs de risques bien définis. Il est cependant difficile de déterminer leur contribution exacte à la pathologie ainsi que leur niveau de sévérité [11]. La grande majorité des patients souffrant d’hypertension (jusqu’à 95 %) sont atteints d’une forme (idiopathique) essentielle de la maladie, c’est-à-dire qu’aucune cause identifiable n’a pu être décelée [12]. L’hypertension secondaire touche les 5 % restants des patients souffrant d’hypertension et sa cause est identifiable. La sténose de l’artère rénale constitue une de ses causes les plus courantes.

La mesure de la pression artérielle en cabinet peut toutefois ne pas suffire pour découvrir les types d’hypertension suivants, très fréquents.

Hypertension « blouse blanche »

L’hypertension « blouse blanche » est l’élévation de la pression artérielle qui apparaît lorsque le patient se sent stressé dans un établissement de santé. La pression artérielle du patient est normale dans d’autres circonstances, par exemple à la maison. Cependant, des études suggèrent que la véritable pression artérielle du patient est mieux reflétée par la mesure de la pression artérielle au cabinet du médecin pendant 30 min. Il s’agit d’une séquence de mesures plutôt que de quelques mesures comme dans la procédure standard de mesure de pression artérielle au cabinet du médecin [13].

Hypertension masquée

L’hypertension masquée est très difficile à détecter au cabinet médical, car la pression artérielle du patient ne peut s’élever anormalement que de manière irrégulière, par exemple pendant certaines activités qui ne sont pas présentes dans le cadre de soins.

Si l’on soupçonne la présence d’une hypertension « blouse blanche » ou d’une hypertension masquée, il convient de procéder à une mesure ambulatoire de la pression artérielle (le patient porte un appareil à tension pendant une période au moins 24 h) ou à une mesure régulière de la pression artérielle à domicile. On ne soulignera jamais assez l’importance de la mesure de la pression artérielle à domicile, car le contrôle de la pression artérielle est très faible. Pourtant de nombreux appareils tensiomètres sont disponibles dans le commerce pour une utilisation à domicile :

Nous conseillons toujours aux gens la même chose :: tout comme avez un thermomètre à la maison, vous devriez avoir un tensiomètre . Ceux-ci doivent être homologués et fiables, et il faut utiliser le brassard du bras.

(Dr Jana Brguljan Hitij)

Hypotension

Par rapport à l’hypertension, l’hypotension est davantage un état physiologique qu’une maladie. Caractérisée par une PA de 90/60 mmHg ou inférieure, elle n’est généralement pas un problème chez les patients plutôt sains qui ne présentent aucun symptôme particulier. On l’associe d’ailleurs souvent à une bonne santé et à une bonne forme physique. Elle est également moins connue du grand public car il n’existe généralement pas de programmes de prévention.

L’hypotension est le plus souvent causée par des événements cardiovasculaires aigus, une anaphylaxie, un choc septique, certains médicaments, des problèmes endocriniens et seulement rarement par des facteurs liés au mode de vie (par exemple, une carence en vitamine B-12 et en acide folique) [14]. Et tout comme l’hypertension, plusieurs pathologies, souvent complexes et concomitantes, sont en cause. Les plus sérieuses sont des pathologies aiguës telles que le choc hémorragique, le coup de chaleur et l’insolation [15, 16].

En particulier chez les personnes âgées, la condition connue sous le nom d’hypotension orthostatique (hypotension posturale) peut apparaître. Cela signifie que la pression artérielle du patient chute lorsqu’il se lève après s’être assis ou couché. Cela peut entraîner une chute et une blessure [1].

Appareils pour une mesure efficace de la pression artérielle au cabinet du médecin

Un traitement correct de la pression artérielle commence toujours par des chiffres (mesures) de pression artérielle corrects. En plus d’une technique appropriée de mesure de la pression artérielle en cabinet, décrite ci-dessus, il est essentiel d’utiliser un appareil de mesure de la PA homologué. Dans ce cas, la PA au cabinet du médecin est simple à mesurer et peut fournir au clinicien une multitude d’informations.

Il existe de nombreux appareils sur le marché, et ils diffèrent par leur précision et leur capacité. Certains d’entre eux excellent également dans des fonctions supplémentaires qui poussent cette simple procédure de diagnostic au-delà de la mesure de la PA. Par exemple, l’entrée automatique des mesures dans le dossier patient  (DMI) et le partage instantané des données avec le médecin (si la mesure est effectuée en téléconsultation assitée par exemple) ou avec des spécialistes peuvent contribuer à une prise en charge plus rapide et plus efficace.

Changez votre façon de mesurer la pression artérielle.


Prof. Assist. Jana Brguljan Hitij, Docteur en médicine


Spécialiste en médecine interne et en cardiologie

Le Dr Brguljan Hitij est chef du département d’hypertension du centre médical universitaire de Ljubljana. Après avoir terminé ses études de médecine en 1990, elle a poursuivi sa formation en tant que chercheuse à l’Université catholique de Louvain (Belgique), où elle a obtenu sa maîtrise et son doctorat. Ses recherches portent notament sur lespressions  normales hautes et sur la valeur de la surveillance ambulatoire de la pression artérielle dans la détection de l’hypertension masquée. Elle est actuellement présidente de la société slovène d’hypertension, membre actif de l’ESH et de l’ESC, et membre exécutif du comité de rédaction du Journal of Hypertension.