- 

La pandémie actuelle a mis en lumière les nombreuses vulnérabilités des systèmes de santé, même les plus avancés, dont les ressources ont été mises à rude épreuve. Bien sûr, cela s’est fait au détriment non seulement des patients infectés par la COVID-19, mais également de ceux qui sont indirectement touchés par la dégradation de la qualité du service ou de l’accès aux traitements préventifs, voire d’urgence. Les conséquences de ces patients non traités ou insuffisamment traités se feront sans aucun doute sentir même lorsque cette pandémie ou du moins certaines des mesures préventives les plus restrictives seront passées. Toutefois, cela peut également donner l’impulsion nécessaire à une plus grande expansion de la télémédecine, qui s’est révélée d’une grande utilité dans des moments comme celui-ci, et au développement de nouvelles solutions technologiques pour répondre aux défis auxquels elle est actuellement confrontée et qui empêchent sa démocratisation.

defis-et-tendances-en-matiere-de-telemedecine

Grâce à ce blog, vous en apprendrez davantage sur :

  • Qu’est-ce que la télémédecine ?
  • Les avantages de la télémédecine.
  • Les défis de la télémédecine.

Qu’est-ce que la télémédecine ?

La définition de la télémédecine est « utilisation des technologies électroniques d’information et de communication pour fournir et soutenir les soins de santé lorsque la distance sépare les participants » [1]. Le mot lui-même a été introduit dans les années 1970 par Thomas Bird. Il provient des mots grecs « tele » et latins « medicus » qui, lorsqu’ils sont combinés, signifient littéralement « guérison à distance » [2]. Mais qu’est-ce que la télémédecine en réalité, et quelles formes revêt-elle ?

En d’autres termes, grâce aux moyens de télécommunication modernes comme Internet, les professionnels de la santé diagnostiquent les maladies à l’aide des informations fournies par les patients eux-mêmes (vidéo en direct) ou par des membres du personnel médical sur place. Ils peuvent suivre l’évolution d’une pathologie, donner des conseils sur la suite du traitement, et peuvent même pratiquer des opérations chirurgicales à distance à l’aide de robots. Bien entendu, toutes les spécialités ne sont pas également bien représentées ou ne peuvent pas être appliquées de manière viable à distance. Certaines des applications les plus réussies sont, par exemple, la télédermatologie et la télécardiologie, cette dernière étant intimement liée aux débuts de la télémédecine elle-même [3, 4].

Bien que le terme soit vieux d’un demi-siècle, l’histoire de la télémédecine remonte en réalité à plus d’un siècle. En 1906, Willem Einthoven, brillant physiologiste et inventeur du premier électrocardiogramme pratique, a publié un article dans lequel il décrit l’enregistrement des signaux électriques cardiaques d’un patient dans un hôpital sur son électrocardiogramme et leur transmission sur une distance de 1,5 km [5]. L’avènement de la radio moderne a ouvert une nouvelle voie pour les communications à longue distance et a été rapidement reprise dans les années 1920 par les médecins norvégiens pour prodiguer des conseils médicaux aux membres d’équipage des navires malades en mer [5].

Une application plus sophistiquée a eu lieu dans les années 1960 à Boston, Massachusetts, États-Unis [6]. Les chercheurs ont mis en place une connexion audiovisuelle bidirectionnelle à micro-ondes entre le Massachusetts General Hospital et l’aéroport international Logan situé à proximité et ont même intégré un stéthoscope électronique et d’autres outils de diagnostic électroniques (reliés au candidat grâce à une infirmière clinicienne sur place) [6]. Ils ont utilisé cette configuration pour examiner avec succès 1 000 patients entre le 1er août 1968 et le 27 décembre 1969 [6]. Le développement technologique rapide a rapidement rendu obsolète un équipement de communication par micro-ondes encombrant et coûteux et a inauguré l’ère du World Wide Web, amplifiant considérablement la portée et les avantages de la télémédecine.

Quels sont les avantages de la télémédecine ?

La télémédecine présente plusieurs avantages distincts par rapport à l’approche traditionnelle en personne. La plus évidente se manifeste lorsque les patients vivent dans des communautés isolées, des régions éloignées ou sont autrement « géographiquement défavorisés » et ne peuvent pas facilement consulter leur médecin généraliste ou d’autres spécialistes.

L’approche à distance est également utile pour les patients à mobilité réduite et ceux qui vivent dans des établissements de soins assistés, comme les patients atteints de la maladie de Parkinson (spécialité de la téléneurologie) [7]. Toutefois, d’un point de vue plus général, ceux qui en tirent (ou tireraient) le plus de bénéfices sont les groupes démographiques traditionnellement mal desservis qui, en raison de leur statut socio-économique et de leur éloignement géographique, n’ont pas accès à des services de santé de qualité [8].

Le deuxième avantage fréquemment vanté est la réduction des coûts liés au déplacement vers le prestataire de soins (ou inversement), du coût du personnel de soutien qui reçoit le patient, de l’administration, etc. Certaines études suggèrent que les économies peuvent se révéler substantielles, notamment du côté du patient [9, 10]. Cependant, il est nécessaire de réaliser des études plus approfondies et plus complètes pour mieux élucider les avantages économiques à long terme.

Le troisième avantage particulièrement pertinent du point de vue actuel est la quasi-élimination de la possibilité de transmission d’une maladie infectieuse entre le patient et le personnel de santé. Pourtant, malgré cela et d’autres avantages, la télémédecine est encore loin, à bien des égards, de faire partie intégrante des soins de santé modernes.

Quels sont les défis de la télémédecine ?

Les défis qui empêchent la démocratisation de la télémédecine sont nombreux et concernent en premier lieu la distance physique entre le médecin et le patient, à savoir l’absence d’une approche pratique. Il existe de nombreuses pathologies qui ne peuvent être diagnostiquées ou détectées par la seule vue (vidéo). Les appareils de diagnostic peuvent atténuer ce problème, mais beaucoup sont coûteux, ne peuvent être utilisés en dehors des laboratoires spécialisés ou nécessitent un personnel spécialement formé, ce qui annule bon nombre des avantages d’une utilisation à distance.

Un autre point important soulevé par certains chercheurs est la réticence des professionnels de la santé et des patients à utiliser des technologies modernes et/ou des protocoles de travail spécifiques à la télémédecine qui s’écartent de l’approche conventionnelle. Enfin, les complexités et les vulnérabilités de la (cyber)sécurité liées à la gestion efficace de la grande quantité de données (familièrement appelées « big data ») collectées et traitées dans le cadre du diagnostic et du traitement à distance constituent un défi tant juridique que technologique [17, 18].

Heureusement, de nombreux progrès ont été réalisés pour rectifier ces derniers problèmes, principalement grâce au développement des dossiers médicaux informatisés (DMI). Ils offrent une représentation presque sans erreur (élimination des notes manuscrites illisibles) des données obtenues par les canaux conventionnels ou télémédicaux et la traçabilité des modifications, en plus d’une grande facilité de partage par Internet ou les réseaux locaux, et bien plus encore [19-25].

En outre, il existe plusieurs nouvelles solutions de diagnostic technique sur le marché qui visent à intégrer le soutien aux DMI et leur partage à distance dans les dispositifs de diagnostic eux-mêmes. Elles offrent aux professionnels de la santé une plus grande flexibilité de travail en leur donnant le pouvoir de décider où le patient est examiné et qui a accès aux données du patient pour un traitement ultérieur ou des procédures diagnostiques supplémentaires. Toutefois, ces solutions ne sont pas encore devenues un élément de base de la pratique moderne des soins de santé.

La télémédecine offre une alternative viable à l’approche conventionnelle pour certains patients et peut fournir un service complémentaire précieux aux utilisateurs de soins de santé en général. Les obstacles technologiques, pratiques, culturels et juridiques qui empêchaient une utilisation plus large de ce système sont en train d’être réduits.