We're sorry but mesimedical.com page doesn't work properly without JavaScript enabled. Please enable it to continue.
MESI logo
MESI logo
  1. Accueil
  2. fr
  3. les maladies ca ...

Les maladies cardiaques comme indicateur de décès du coronavirus (COVID-19)


LinkedIn icon Twitter icon Facebook icon

À mesure que les données mondiales sur la mortalité nous parviennent, l’état de santé avant infection au COVID-19 se révèle un important indicateur de survie. En réalité, la maladie cardiaque constitue la comorbidité numéro 1 pour plus de 10 % des décès enregistrés.

Les-maladies-cardiaques-comme-indicateur-de-deces-du-coronavirus

En voici la raison : Lorsque notre corps est infecté avec un agent pathogène, la demande métabolique pour lutter contre l’infection augmente. Cela signifie que le corps va demander au cœur de fournir davantage d’efforts. Dans le cas du coronavirus, il s’agit d’efforts très conséquents. Les demandes métaboliques qui découlent d’une infection dûe à un virus de ce type sont généralement de 4 à 8 fois plus élevées que la charge de travail normale du cœur. Cela équivaut à monter les escaliers plusieurs fois en courant.

Il existe un consensus entre les experts sur le fait que les patients avec une insuffisance cardiaque et/ou une maladie coronarienne sont à risque accru d’événements aigus ou d’aggravations suite aux infections respiratoires d’origine virale. La présence d’autres comorbidités (telles que le diabète, l’obésité, l’hypertension, la BPCO, l’insuffisance rénale, etc.) augmentent encore plus les risques.

Les infections virales aigües ont 3 conséquences potentielles à court-terme sur le système cardiovasculaire :

  1. risque accru de syndromes coronariens aigus liés à une réponse inflammatoire sévère à l’infection,
  2. dépression myocardique pouvant mener à une insuffisance cardiaque,
  3. risque sous-estimé d’arythmies, également lié à l’inflammation aigüe.

La grippe est soupçonnée d’accélérer la rupture de la plaque,de générer une augmentation des cytokines qui déstabilisent les plaques et déclenchent la cascade de coagulation. Cependant, les mécanismes de cause à effet par lesquels la grippe accélère les événements néfastes restent mal compris. Des études réalisées sur des souris ont révélé que le virus de la grippe infecte directement les plaques d’athéromes et cause des inflammations cellulaires sévères aux niveaux vasculaires. Il existe également de solides éléments prouvant que l’infection grippale peut augmenter le risque de syndromes coronariens aigus, et plusieurs essais cliniques ont démontré que le vaccin contre la grippe permet d’empêcher les infarctus du myocarde.

L’American Heart Association (AHA) recommande, dans ces directives sur la prévention secondaire, la vaccination grippale en tant que mesure pour réduire le risque d’événements cardiovasculaires.

Les implications du COVID-19 pour les patients atteints de pathologies cardiovasculaires sous-jacentes :

  • préparez-vous à rapidement identifier et isoler les patients cardiovasculaires présentant des symptômes du COVID-19 du reste des patients, notamment dans un contexte ambulatoire,
  • les patients avec une maladie cardiovasculaire (MCV) présentent un risque plus élevé de contracter le COVID-19 et leur pronostic est plus grave,
  • il est raisonnable d’informer tous les patients cardiovasculaires du risque potentiellement accru, et d’encourager l’application de mesures raisonnables supplémentaires,
  • il est important que les patients souffrant de MCV soient à jour dans leur calendrier vaccinal, y compris pour le vaccin antipneumococcique, étant donné le risque accru d’infection bactérienne secondaire avec le COVID-19,
  • les patients atteints de MCV doivent être vaccinés contre la grippe selon les directives actuelles de l’AHA,
  • dans les zones activement touchées par l’épidémie de COVID-19, il est recommandé de reporter ou remplacer les visites de routine en face-à-face avec des visites téléphoniques ou des téléconsultations, pour les patients stables atteints de MCV, afin d’éviter une potentielle infection par le COVID-19,
  • il est raisonnable d’effectuer un triage des patients atteints du COVID-19 selon la présence de pathologies sous-jacentes, de nature cardiovasculaires, diabétiques, respiratoires, rénales, oncologiques ou autre, pour qu’ils puissent recevoir un traitement prioritaire,
  • les rapports de cas publiés indiquent que les patients présentant des comorbidités sous-jacentes font face à un risque plus élevé de contracter le COVID-19, et à un pronostic plus grave,
  • Les taux de mortalité des patients COVID-19 avec des comorbidité sont plus élevés qu’au sein de la population moyenne :

cancer : 5,6 %
hypertension : 6,0%
maladie respiratoire chronique : 6,3%
diabète : 7,3%
maladie cardiovasculaire : 10,5%