- 
L-importance-de-l-IPS-pour-une-thérapie-de-compression-efficace

La maladie veineuse chronique est un trouble vasculaire assez commun qui n’est souvent pas diagnostiqué par les médecins ni par d’autres professionnels de la santé jusqu’à l’apparition de complications. Une prise en charge prudente et opportune appropriée sous forme de thérapie de compression devrait être utilisée avant d’envisager d’autres traitements plus agressifs.

La maladie veineuse chronique (MVC) affecte à peu près autant les hommes que les femmes (bien que certaines affections soient plus courantes chez les femmes, d’autres plus fréquentes chez les hommes), et on estime qu’elle affecte environ 83,6% de la population mondiale [1].

En tant que terme général, les maladies cardiovasculaires couvrent des affections courantes et relativement bénignes telles que les télangiectasies (varicosités), les veines réticulaires et les varices, mais aussi des affections plus graves, telles que l’insuffisance veineuse chronique (IVC), qui se manifeste entre autres comme une ulcération (veineuse). Sachant que cet article traite de la prise en charge appropriée (conservatrice) des ulcères veineux de la jambe, le terme IVC est utilisé en association avec une ulcération.

La plupart des ulcères de la jambe sont causés par une IVC, ce qui représente 72% de tous les cas.

En ce qui concerne l’ulcère veineux de la jambe, la plupart des ulcères de jambe sont dus à une IVC, ce qui représente 72% de tous les cas, tandis que les ulcères artériels (ulcères ischémiques) représentent environ 10 à 30% de tous les ulcères de jambe [2].

Pourquoi mentionner les ulcères artériels ?

Parce qu’il y a une différence significative entre la physiopathologie sous-jacente de ces deux types d’ulcères et les méthodes de traitement conseillées. Bien que les ulcères d’origine veineuse puissent (initialement) être traités par une thérapie de compression, les ulcères artériels sont généralement causés par une maladie artérielle périphérique (MAP), qui est une affection plus grave et fortement corrélée à la santé cardiovasculaire globale[3]. La méthode la plus économique et la plus rentable pour différencier les deux méthodes repose sur la mesure de l’IPS, qui peut être effectuée chez un médecin généraliste (établissement de soins primaires).

Maladie veineuse : 101

Chez les individus en bonne santé, la pression veineuse au niveau de la cheville diminue pendant l’effort physique en raison de l’action des muscles du mollet et des valvules veineuses fonctionnelles qui empêchent le reflux veineux. Ce mécanisme, essentiel pour une bonne circulation sanguine, peut ne pas fonctionner pour diverses raisons, notamment une insuffisance musculaire du mollet (paralysie ou lésion), une défaillance des valvules veineuses (due à des varices), des lésions des veines profondes, une obstruction veineuse, etc. Le résultat final est une pression veineuse plus élevée, conduisant à une hypertension veineuse chronique, qui a un certain nombre de conséquences graves, à savoir une ulcération veineuse.

 
La gravité et la progression de la maladie veineuse chronique en tant que telle sont mieux décrites en utilisant les termes compris dans le système de classification standard connu sous le nom de CEAP, qui permet une meilleure communication sans ambiguïté des problèmes veineux entre professionnels de la santé.

Système de classification CEAP (classification clinique) [4]:

  • C0 Aucun signe visible ou palpable de maladie veineuse.
  • C1 Télangiectasie ou veines réticulaires.
  • C2 Varices.
  • C3 Oedème.
  • C4a Pigmentation ou eczéma.
  • C4b Lipodermatosclerosis ou atrophie blanche.
  • C5 Ulcère veineux guéri.
  • C6 Ulcère veineux actif.

Les raisons qui sous-tendent le traitement de la maladie veineuse sont évidentes, car des manifestations encore moins graves ont un impact considérable sur la qualité de vie du patient. Cela est encore plus vrai dans le cas le plus grave, l’IVC (ulcération veineuse), qui a une empreinte économique significative, avec des coûts annuels estimés à plus d’un milliard de dollars aux États-Unis et entre 400 et 600 millions de livres sterling au Royaume-Uni [5].

L’une des causes sous-jacentes de ce coût élevé est le diagnostic tardif de cette maladie, souvent lorsqu’elle est déjà à une étape très avancée, lorsque le traitement par compression est moins efficace et que la chirurgie et les médicaments sont prioritaires.

Systèmes de bandages et niveaux de compression

La première étape dans la prévention des ulcères de la jambe et la guérison des ulcères existants consiste à utiliser des bandages et des bas élastiques et inélastiques. Ils facilitent le retour veineux et le pompage du sang vers le cœur, réduisent la douleur et l’œdème et ont un effet préventif sur la récurrence des ulcères.

L’application de bandages ou de bas est une procédure complexe, qui dépend de la taille, de la forme et de la structure physique de la jambe affectée, du type de bandages/du matériel utilisé, de la quantité de superposition, etc., et repose sur les compétences et la technique de la personne apposant les bandages. Cependant, avant de décider de commencer une thérapie de compression, le médecin doit comprendre les niveaux de compression et leur lien avec la nature de l’ulcération de la jambe.

Classification des niveaux de compression :

La première étape dans la prévention des ulcères de la jambe et la guérison des ulcères existants consiste à utiliser des bandages et des bas élastiques et inélastiques. Ils facilitent le retour veineux et le pompage du sang vers le cœur, réduisent la douleur et l’œdème et ont un effet préventif sur la récurrence des ulcères.

L’application de bandages ou de bas est une procédure complexe, qui dépend de la taille, de la forme et de la structure physique de la jambe affectée, du type de bandages/du matériel utilisé, de la quantité de superposition, etc., et repose sur les compétences et la technique de la personne apposant les bandages. Cependant, avant de décider de commencer une thérapie de compression, le médecin doit comprendre les niveaux de compression et leur lien avec la nature de l’ulcération de la jambe.

Classification des niveaux de compression :

  • Faible (moins de 20mmHg).
  • Modéré (entre 20 et 40mmHg).
  • Fort (entre 40 et 60mmHg).
  • Très fort (plus de 60mmHg).

Le niveau de compression doit être choisi en fonction de la gravité de l’ulcère tout en maintenant des niveaux de mobilité acceptables dans les limites du degré de tolérance du patient. Le consensus général est que les médecins doivent faire preuve de prudence lors de la prescription d’une thérapie de compression aux patients présentant des problèmes cardiaques, une neuropathie et une MAP légère, tandis que dans les cas de MAP sévère, la thérapie de compression devrait être écartée en faveur d’autres traitements. Cela nous amène à l’importance de l’IPS.  

L’importance de la mesure de l’IPS

L’index de pression systolique (IPS ou ABPI) est l’un des outils les plus précieux pour l’évaluation des types d’ulcères de la jambe et de la présence de MAP. Cela est particulièrement vrai dans les cas où les patients présentent à la fois des ulcères veineux et artériels, mais il existe une ambiguïté sur la mesure pour laquelle une thérapie de compression devrait être appliquée et sur le niveau de compression conseillé.

Heureusement, la mesure de l’IPS est une procédure rapide, non invasive et bien tolérée par les patients. Il existe deux méthodes de mesure de l’IPS, mais l’une est nettement meilleure que l’autre lorsqu’il s’agit de dépister rapidement et facilement les patients en médecine générale.

La méthode standard consiste à utiliser une sonde Doppler et un tensiomètre. Bien que fiable et précis lorsqu’il est exécuté par un opérateur qualifié, sa précision est grandement diminuée si elle est utilisée par un opérateur non qualifié ou par une personne qui effectue les mesures de manière occasionnelle (6). Un autre inconvénient majeur est le temps nécessaire à l’ensemble de la procédure, pouvant aller jusqu’à 30 minutes. La réponse à cette question est l’appareil de diagnostic MESI ABPI MD®, qui offre une mesure de l’IPS entièrement automatisée en une fraction de temps, en moyenne 1 minute, et ne nécessite qu’une formation minimale concernant son fonctionnement.

Avec l’adoption rapide de MESI ABPI MD® dans les établissements de santé et les cabinets de médecine générale du monde entier, de plus en plus de médecins sont en mesure de poser de meilleurs diagnostics d’ulcères de la jambe, ce qui leur permet de choisir plus facilement les méthodes de traitement permettant à leurs patients de mener une vie heureuse et productive.

Remarque : Cet aperçu de l’importance de l’IPS pour une thérapie de compression efficace a été préparé à partir de l’article Effective Compression Therapy disponible sur le site https://www.wounds-uk.com/resources/details/effective-compression-therapy. Pour des informations plus complètes sur les meilleures pratiques en matière de traitement de l’ulcère veineux, veuillez consulter l’organisme d’administration médicale de votre pays.