- 

L’évaluation de la capacité aérobique et de l’endurance sert à suivre les progrès ou à déterminer le niveau général de préparation des athlètes de haut niveau. Mais c’est également  indicateur holistique de diagnostic de l’état des systèmes cardiopulmonaire et musculo-squelettique, mobilisés dans le cadre de l’exercice physique. La technologie médicale a réalisé dans ce sens de réels progrès en développant des outils  dédiés qui ont facilité et rendu plus pratique la mesure de différents paramètres associés à l’effort physique. Cependant ces outils sont en général utilisés  uniquement dans des cadres spécialisés. Il existe cependant un test simple permettant d’évaluer le système cardiovasculaire des patients lors d’un effort a priori banal, la marche sur une période de 6 min.

Dans ce blog, vous en apprendrez davantage sur :

  • L’objectif du test 6MWT.
  • Indications pour le test 6MWT.
  • Contre-indications pour le test 6MWT.
  • Réalisation du test 6MWT.
  • Évaluation des résultats du test 6MWT.

En quoi consiste le test de marche de 6min ?

Le test de marche de 6 minutes (6MWT) a été formaliser par la Société thoracique américaine, présenté sous sa forme standardisé en 2002. Initialement conçu pour évaluer la tolérance à l’exercice des patients atteints de problèmes cardiopulmonaires [1], les cliniciens utilisent également le test de marche de 6min, pour un large éventail de maladies non-cardiopulmonaires, comme par exemple les pathologies neuromusculaires telles que la maladie de Charcot-Marie-Tooth et la myasthénie grave [2, 3].

Par rapport à l’ECG d’effort qui offre des informations diagnostiques à la capacité d’exercice maximale, le 6MWT évalue la capacité fonctionnelle à un niveau sous-maximal, à un niveau d’activité physique quotidien [1]. Il figure donc dans la boîte à outils de nombreux cliniciens comme méthode d’évaluation de la capacité d’exercice fonctionnel de certains patients.

Quelles sont les indications pour le test 6MWT ?

Les indications du test de marche de 6min sont nombreuses. Elles comprennent évidemment les pathologies dans lesquelles la fonction pulmonaire est altérée, comme la transplantation pulmonaire, la résection pulmonaire, l’asthme sévère et la mucoviscidose [4-7]. Le test est également utilisé pour évaluer la capacité d’exercice et son évolution chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), d’hypertension artérielle pulmonaire (HAP) ou dans les programmes de réadaptation cardiovasculaire [8-11].

Le test 6MWT est également utile chez les patients avec une maladie cardiovasculaire (MCV) comme ceux avec une insuffisance cardiaque (IC) ou uneartériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) [12-15]. Les personnes atteintes d’AOMI avec un faible périmètre de marche ont un taux de mortalité toutes causes et cardiovasculaires plus élevés ainsi qu’une perte de mobilité [16-17]. Le test 6MWT constitue plus spécifiquement un excellent indicateur de la sévérité de la maladie, ainsi que de l’amélioration des performances en réponse aux interventions thérapeutiques [18].

La dernière catégorie, mais non la moindre, comprend les personnes atteintes de troubles neurologiques et neuromusculaires tels que l’amyotrophie spinale, la fibromyalgie, la maladie de Parkinson (MP) et la sclérose en plaques (SP) [19-22]. Le test 6MWT sert également à l’évaluation de la récupération fonctionnelle des patients souffrant d’arthroplastie totale du genou (ATG) [23]. Même lorsqu’il est employé seul, le test 6MWT représente un indicateur utile de risque de mortalité toutes causes confondues [24].

Quelles sont les contre-indications pour le test 6MWT ?

Le test 6MWT est généralement sûr et bien toléré par les patients, à l’exception de ceux ayant contracté une angine instable ou subi un infarctus du myocarde (IDM) dans le mois précédent [1]. Ces troubles constituent des contre-indications formelles. Une fréquence cardiaque supérieure à 120 bpm au repos, une pression artérielle systolique supérieures à 180 mmHg, ainsi qu’une pression artérielle diastolique supérieure à 100 mmHg constituent des contre-indications relatives [1]. Le test doit également être stoppé immédiatement si le patient signale un essouflement , des douleurs thoraciques ou des crampes à la jambe, ou s’il commence à tituber, à montrer des signes de diaphorèse, ou qu’il développe une apparente pâleur [1]. L’adhésion au protocole de test permet d’atténuer significativement les risques de ce type de réactions néfastes.

Comment réaliser le test 6MWT ?

L’une des raisons du succès du test 6MWT, en dehors de sa valeur diagnostique scientifiquement reconnue, est la disponibilité de l’équipement nécessaire à sa réalisation, ainsi que son caractère généralement pratique pour l’examinateur comme pour le patient. La seule préparation à réaliser de la part du patient est de porter des chaussures de marche adaptées, des vêtements confortables, et d’éviter les repas lourds ou l’exercice physique intensif avant de démarrer le test. De plus le test se fait avec le maintien de tout traitement médical existant (thérapies, médicaments, etc.) et l’utilisation des éventuelles aides à la marche habituellement utilisées lors de ses activités quotidiennes [1].

Le test en lui-même doit de préférence avoir lieu en intérieur, ou si le temps le permet, à l’extérieur sur une surface plate et longue d’au minimum 20 m [1]. La longueur de la piste doit être marquée tous les 3 m et les points de demi-tour doivent être signalés par des cônes, tandis que le point de départ doit être symbolisé par un ruban de couleur vive [1]. Les outils nécessaires pour l’examinateur incluent un chronomètre, un compteur de tours, un bloc note, un tensiomètre ainsi qu’un défibrillateur externe automatique (DEA) par précaution [1].

Le patient doit se reposer 10 minutes avant le début du test, et l’examinateur lui mesure sa pression artérielle et lui demande d’évaluer sa dyspnée  ainsi que son niveau de fatigue générale à l’aide de l’échelle de Borg [1]. Le patient est ensuite invité à commencer à marcher le long de la piste (il peut se reposer mais doit être encouragé à continuer) [1]. Une fois les 6 minutes écoulées, ou si la personne examinée s’est arrêtée ou refuse de continuer (ce motif doit clairement être indiqué), l’examinateur le questionne à nouveau sur son niveau de dyspnée et de fatigue générale. Puis il note la distance parcourue. Il ne reste plus qu’à interpréter les résultats.

Que signifient les résultats du test 6MWT ?

L’interprétation complète du test 6MWT dépend de  la pathologie ayant entraîné la diminution de la capacité fonctionnelle. Une diminution de la distance parcourue est indicative d’une détérioration de la pathologie sous-jacente, tandis qu’une amélioration est indique sur les bénéfices résultants d’une intervention thérapeutique.  La nature de ce qui est considéré comme une amélioration significative dépend une fois encore de la maladie.

Le test de marche de 6 minute (6MWT) représente un outil polyvalent pour l’évaluation de la capacité fonctionnelle chez les patients présentant un large éventail de troubles pulmonaires, cardiovasculaires, neurologiques et neuromusculaires.