We're sorry but mesimedical.com page doesn't work properly without JavaScript enabled. Please enable it to continue.
MESI logo
  1. Accueil
  2. fr
  3. comment realise ...

Comment réaliser un ECG de bonne qualité


LinkedIn icon Twitter icon Facebook icon

L’ECG joue un rôle crucial dans le diagnostic de diverses affections cardiaques. Il s’agit d’un test non invasif qui enregistre l’activité électrique du cœur et fournit des informations sur sa santé et son fonctionnement. Si vous êtes un professionnel de la santé désireux d’actualiser vos connaissances, ce blog propose une variété de sujets, allant des informations générales aux pathologies fréquemment diagnostiquées, en passant par les dernières avancées technologiques en matière d’ECG. Vous pouvez également télécharger une brochure. 

Dans ce blog, nous abordons les sujets suivants :  

1. Fonctionnement de l’ECG

2. Comment effectuer une mesure de l’ECG au repos

3. Filters

4. Comment interpréter l’ECG

5. Pathologies fréquemment diagnostiquées

6. Comparaison de différents appareils d’ECG au repos

Fonctionnement de l’ECG

L’ECG permet d’évaluer et de surveiller les conditions cardiaques, ce qui en fait un outil essentiel de la médecine moderne. Ce chapitre explique ce qu’est l’ECG et quand il doit être pratiqué. Il propose également une brève introduction aux pathologies qu’un ECG peut détecter, allant des arythmies aux infarctus du myocarde (pour obtenir une liste complète, des descriptions et des illustrations, cliquez ici). Il présente également certains cas où les résultats de l’ECG peuvent ne pas être tout à fait exacts et les facteurs à prendre en considération lors de l’interprétation des résultats.

Qu’est-ce qu’un ECG ?

« ECG » signifie « électrocardiogramme ». Il s’agit d’un enregistrement de l’activité électrique du cœur sous différents angles. Il permet de détecter et de localiser diverses conditions cardiaques anormales (pathologies). [1]

Il existe 3 principaux types d’ECG : 

  • ECG de repos : il s’agit de l’ECG le plus courant, réalisé lorsque le patient est allongé dans une position confortable. 
  • ECG de stress ou d’effort : il est réalisé avec le patient sur un tapis roulant ou un vélo d’appartement. 
  • ECG ambulatoire (moniteur Holter) : c’est un appareil portable porté par le patient pendant un ou plusieurs jours.

Quand effectuer un ECG ?

Chaque fois qu’un patient ressent une douleur thoracique, des palpitations (sensation de battements de cœur irréguliers ou rapides), une dyspnée (essoufflement), des vertiges, une syncope (perte de connaissance due à une diminution du flux sanguin vers le cerveau) ou lors d’une chute inexpliquée. [1]

Quels sont les types de conditions qu’il peut détecter ?

Crises cardiaques

Diminution de l’apport sanguin au cœur dû à une maladie coronarienne ou à d’autres pathologies. 

Arythmies

Rythme cardiaque trop rapide, trop lent ou irrégulier. 

Maladie coronarienne (MC)

Restriction de l’apport sanguin dû à une accumulation de substances graisseuses (=plaques) dans les artères qui alimentent le cœur en sang. 

Cardiomyopathie

Épaississement ou élargissement des parois du cœur. 

Pour une liste complète des affections les plus fréquentes, leur description et les illustrations de l’ECG, cliquez ici

Qu’est-ce qu’un ECG enregistre ?

L’ECG enregistre les impulsions électriques produites par le cœur, leur direction et leur amplitude. Nous pouvons alors estimer où elles commencent dans le cœur et comment elles le traversent. Ces impulsions provoquent la contraction et le relâchement du muscle cardiaque, et leur schéma est appelé « rythme cardiaque ».  [2]

Un battement de cœur (c’est-à-dire un cycle cardiaque) se compose d’une contraction du muscle cardiaque et d’une relaxation. L’activité électrique du cœur commence dans le « pacemaker » interne – le nœud sinusal, situé dans l’oreillette droite. L’impulsion électrique traverse ensuite les différentes parties du cœur, comme indiqué ci-dessous. 

Le rythme cardiaque normal est appelé « rythme sinusal ». La manière dont les impulsions électriques circulent dans le cœur est appelée « conduction ». 

Les anomalies de l’activité électrique du cœur peuvent entraîner une conduction ou des rythmes anormaux ; le cœur peut battre trop vite, trop lentement ou de manière irrégulière. Les modifications du flux électrique normal dans lecœur peuvent être mises en évidence sur un ECG et peuvent indiquer diverses pathologies. 

Les résultats de l’ECG sont-ils toujours exacts ?

Lors de la réalisation d’un électrocardiogramme, certains facteurs ou conditions peuvent interférer avec le résultat, notamment : [3]

  • le mouvement pendant l’examen, 
  • l’exercice ou le fait de fumer avant l’examen, 
  • la grossesse, 
  • l’obésité, 
  • l’accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite), 
  • des facteurs anatomiques, par exemple la taille du thorax et l’emplacement du cœur dans le thorax, 
  • certains médicaments, 
  • les déséquilibres électrolytiques, tels que l’excès ou l’insuffisance de potassium, de magnésium ou de calcium dans le sang. 

Comment effectuer une mesure de l’ECG au repos

Électrodes et leur emplacement

Selon les préférences de chaque cabinet médical, différents types d’électrodes autocollantes et d’électrodes à vide peuvent être utilisés. 

Préparation du patient pour les électrodes autocollantes

Un bon contact électrique entre les électrodes et la peau est crucial, c’est pourquoi la peau doit être propre et sèche. Toute crème ou produit hydratant (par exemple, pour les patients souffrant d’affections cutanées) doit être enlevé avec de l’alcool, puis l’alcool doit être essuyé. L’abrasion de la peau est essentielle ; chez la plupart des patients, un frottement avec une serviette en papier suffit.  [4]

Les poils sont un mauvais conducteur du signal électrique et empêchent les électrodes de coller à la peau. Le rasage peut être nécessaire ; ensuite, la peau doit être nettoyée avec de l’alcool ou une lingette savonneuse. Si les poils peuvent être écartés et qu’un contact ferme est établi avec les électrodes, cela est acceptable. 

Préparation du patient en cas d’utilisation d’électrodes à aspiration

Pour une conductivité électrique optimale, il convient d’utiliser un gel d’électrode ou un spray de conductivité approprié[4] 

L’écran de MESI mTABLET ECG fournit une suggestion sur les différents placements d’électrodes. 

*AVERTISSEMENT : veuillez adapter les suggestions à votre pratique clinique et toujours consulter les dernières directives de placement. 

Filtres

Les filtres jouent un rôle crucial pour la qualité et la visualisation  des signaux ECG, nous aidant à obtenir des tracés précis et fiables pour l’analyse. Cliquez ici pour découvrir une explication détaillée des différents types de filtres, notamment :

  • Filtre passe-bas
  • Filtre passe-haut (filtre de référence)
  • Filtre myogramme (filtre de muscle)
  • Filtre coupe-bande (filtre d’alimentation)

Nous mettons en lumière les réglages et configurations typiques des filtres afin de comprendre leur application et leur impact sur l’interprétation de l’ECG.

Comment interpréter l’ECG

L’interprétation de l’ECG est une combinaison d’expertise médicale et d’algorithmes automatiques : Cliquez ici pour en savoir plus sur :

  • les distances sur le graphique ECG ; 
  • les ondes et les formes d’onde ; 
  • les intervalles ; 
  • la durée ; 
  • l’axe cardiaque et 
  • le rôle de l’algorithme d’interprétation automatique de Glasgow, sa fonctionnalité et son rôle dans l’automatisation de l’analyse de l’ECG.

Pour un exemple pratique du rôle de l’interprétation automatique de l’ECG, lisez cette étude de cas sur l’infarctus du myocarde de type IAMEST et celle-ci pour l’infarctus du myocarde de type NIAMEST.

Pathologies fréquemment diagnostiquées

Voici quelques-unes des affections cardiaques les plus courantes diagnostiquées à l’aide de l’ECG. Pour obtenir une description détaillée de chacune d’entre elles et de leur aspect sur l’ECG, cliquez ici :

  • Syndromes coronariens aigus :  

Infarctus du myocarde (IAMEST et NIAMEST) 

Angine de poitrine instable 

  • Péricardite et myocardite
  • Fibrillation auriculaire
  • Syndrome de Brugada
  • Hypertrophie ventriculaire gauche et droite
  • Tachycardie ventriculaire
  • Troubles de la conduction :

Blocs auriculo-ventriculaires

  • Bloc AV du premier degré
  • Bloc AV du deuxième degré Mobitz type 2
  • Bloc AV du troisième degré

Blocs de branche gauche et droite

  • Bloc de branche gauche (BBG)
  • Bloc de branche droit (BBD)

Comparaison de différents appareils d’ECG au repos

Il existe différents types d’ECG de reposà 12 dérivations sur le marché. Ceux avec 10 électrodes sont à privilégier par rapport à ceux avec seulement 4 électrodes par exemple, car ils mesurent réellement les 12 dérivations et ne font pas d’approximation sur les directions de signaux cardiaques pour estimer mathématiquement  les dérivations manquantes.

Les ECG de repos 12 dérivations les plus courants sont les ECG de bureau (avec ou sans écran LCD) ainsi que les ECG sur PC. Toutefois, les ECG numériques de nouvelle génération sont parmi les plus efficaces. L’appareil MESI mTABLET ECG est le premier ECG entièrement numérique avec de nombreux avantages systémiques et des points forts supplémentaires. Pour découvrir une comparaison détaillée des différents types d’ECG, cliquez ici.

Voici un e-book sur l’ECG, facile à consulter et plein d’illustrations !